Psychosomatique et cancer
Votez pour ce site au 

Psycho-neuro-immunologie Les pionniers Origine psy Les traitements Plan du site

Accueil du site Psychosomatique et cancer




La nouvelle édition augmentée du livre du webmaster de ce site sortie de presse le 15 mars 2006 aux éditions Quintessence. Le premier livre paru en librairie en 1990 à mentionner la découverte du Dr Hamer.
Préface de Jean-Jacques Crevecoeur
Pour commander, un simple clic sur la couverture

Pour commander, un simple clic sur la couverture
Origine psycho-cérébro-organique

Le système osseux

  Les os sont concernés par une dévalorisation profonde lors d'un conflit ciblé et limité.

  Dans la phase de guérison, selon l'endroit, un cancer des os peut être interprété comme un sarcome ou un ostéosarcome.

  Il convient d'éviter de paniquer à ce diagnostic car il s'agit d'une expansion normale pendant la phase de guérison.

  Enlever un sarcome ou un ostéosarcome risque, si la phase vagotonique (phase de solution du conflit) n'est pas terminée, créer l'apparition d'une nouvelle croissance. Cette dernière, qui s'arrête normalement après la fin de la vagotonie, sera considérée par la médecine officielle comme la preuve de la gravité du cancer et envisagera une thérapie lourde et une éventuelle amputation.
  L'amputation risque de réactiver le conflit de dévalorisation ou créer une nouvelle dévalorisation et donc créer un nouveau cancer qui fera croire que des métastases en sont responsables.   Les métastases n'existent pas, il s'agit seulement à chaque fois d'un nouveau conflit souvent créer soit par les diagnostics, soit les traitements, soit par une inversion de la fonction du cerveau nouveau par un traitement hormonal.

Les hanches

  Conflit de devoir résister et en être incapable.

Les cervicales

  Conflit d'injustice (cervicales basses), de dévalorisation intellectuelle (cervicales hautes).

Le bassin

  Conflit de dévalorisation sexuelle.

Les vertèbres

  Conflit de dévalorisation de ne plus être "le pilier de la famille".

Les côtes

  Conflit de dévalorisation provoqué par le milieu familial.

Les jambes et les bras

  Conflit de dévalorisation sportive ou dans l'action.

Cancer osseux disséminés (Myélome de Kahler)

  Dévalorisation générale.

Note: En phase de solution du conflit, le périoste (membrane conjonctive qui entoure l'os) se gonfle et crée des douleurs importantes. Le risque de fracture est plus important dans cette phase.

Moelle osseuse (Leucémie)

  Dévalorisation dans la valeur affective et la sécurité par opposition à l'os qui lui exprime plutôt l'aspect force et la puissance. D'où une plus grande fréquence des atteintes médullaires aux âges extrêmes de la vie ou après un diagnostic de séropositivité.

  En phase de solution (selon l'importance et l'exubérance du conflit) la reprise de la multiplication cellulaire (globules rouges, plaquettes et surtout globules blancs qui sont fragiles et ont été détruits en phase de conflit) donne le diagnostic de leucémie. La moelle essaye de revivre et les traitements actuels la détruit. L'alarme est déjà au rouge quand le taux de globules blancs est à 50.000 ou 100.000. La norme étant comprise entre 4.000 et 10.000 pour les globules blancs et 4 à 5,8 milliards pour les globules rouges.

  Lorsque le conflit est extérieur, par exemple, lors d'une irradiation nucléaire, la leucémie en est la phase de solution.

Tendons, muscles, ligaments

  Le conflit est l'entrave, le manque de liberté.
  Par exemple, une tendinite après un "bras de fer" au sens réel ou figuré.
  Une inflammation ligamentaire du pied après avoir réussi (solution du conflit) à le poser là où on le voulait au sens réel ou figuré.
  Des tensions dans la nuque après avoir baissé la tête pour faire semblant de travailler lorsque le directeur apparaît.

Note: La gêne n'apparaît qu'après la solution, même brève, du conflit.

Rhumatisme articulaire

  Conflit intriqué et souvent restimulé de dévalorisation et d'entrave. Les déformations articulaires sont les séquelles handicapantes d'une reconstruction osseuse après le conflit.

Note: Actuellement, dans les hôpitaux, il devient de plus en plus difficile de trouver un diagnostic de rhumatisme articulaire aigu. Au contraire, on y trouve maintenant, en leur lieu et place, un diagnostic de cancer des os, un sarcome. Auparavant, les malades atteints de rhumatisme articulaire aigu n'en mourraient pas alors qu'aujourd'hui, l'étiquette ayant changé, ils en meurent!!!







Pub gratuite sur Psychosomatique et cancer